Minute Papillon 3/3 : le grand débat

2 /La période délicate du post partum : donner du temps au parents, les informer et les écouter !

Je consacrerai plusieurs semaines à ce sujet, en partageant des articles et poadcasts.

Connaissez vous l’impact de la grossesse sur le corps et le cerveau ?

J’ai appris récemment que les femmes vivaient une métamorphose en devenant mère, la grossesse impactant la structuration du cerveau. Des IRM ont montré des modifications importantes au niveau du volume du cortex cerébal, zone de l’empathie qui persiste au dela des 2 ans de l’enfant (non observables chez les hommes ). Le processus de devenir une mère, que les anthropologues appellent «matrescence», a été largement inexploré dans la communauté médicale. La majorité des recherches sont axées sur le développement du bébé, peu d’entre elles concernent ce changement d’identité de la femme. Une étude de l’année 2015 , développée par le Dr Julie Wray de l’Université de Salkford, a révélé cette information: « Les femmes ont besoin d’au moins un an pour se rétablir après l’accouchement. Les changements hormonaux et physiques que le corps de la femme vit pendant la grossesse ne se terminent pas avec l’accouchement. »

Je ne sais pas vous mais moi j’ai mis un temps considérable à accepter mon corps après l’accouchement, et à mettre en route mes allaitements. Pour ma deuxième grossesse, j’ai ressenti des douleurs pendant de long mois en post partum. Face à ces difficultés, je n’ai pas vraiment trouvé d’interlocuteurs du côté des professionnels : ni auprès de la sage femme qui me suivait, ni de mon médecin généraliste qui a complètement manqué d’empathie : « vous avez mal ben c’est normal« . Durant cette période, nous sommes particulièrement sensible et j’ai très mal vécu cette situation. Les parents ont besoin d’être accompagnés sur le plan émotionnel, de parler de leur quotidien : à l’arrivée du premier enfant on se pose tant de questions et lorsque la famille s’agrandie on peut avoir du mal à retrouver ses marques (surtout dans un contexte où l’on a pas de famille sur place). Aujourd’hui , des réseaux de mères s’organisent pour venir en aide aux autres mères pour combler ce vide . Des applications telles que Yoomum permettent aux mamans d’échanger et se rencontrer. Les doulas (cf définition dans le podcast qui suivra) peuvent également accompagner les femmes en post partum mais leur statut n’est pas vraiment reconnu et leur intervention a un coût financier. Dans ce contexte, des avancées sociétales sont vraiment attendues.

Un groupe de travail sur les 1000 premiers jours de l’enfant présidé actuellement par Boris Cyrulknik neuropsychiatre, doit faire des préconisations qui verront le jour au premier trimestre 2020. Il s’agit de mieux accompagner les parents. Isabel Filliozat, psychothérapeute dont les livres m’aident beaucoup à accompagner mes enfants, fera partie de ce comité. Elle explique qu’elle sera « la voix les parents« . J’ai hâte de découvrir les résultats de ce travail. Malgré tout, je ne peux pas m’empêcher d’être pessimiste : je crains la déception dans le contexte économique que nous connaissons.

  • La question de l’égalité homme femme sera à l’odre du jour : Allonger les congés maternité et paternité serait déjà un beau progrès, pour l’égalité homme femme et dans l’interêt de l’enfant.
  • Une refonte du système de peri-natalité envisagé, vers un service publique d’accompagnement? Il s’agit de rompre l’isolement des parents. D’après ce que j’ai lu , il est question de réorganiser les PMI, de rendre obligatoire l’entretien prénatal, de l’éventuelle mise en place 15 rendez-vous avec les parents durant les deux premières années de l’enfant et de proposer des visites à domicile. Je trouve interessant de venir à la rencontre des parents car certains n’osent pas parler de leurs difficultés mais attention à ne pas rendre les choses trop contraignantes ( 15 rendez-vous c’est beaucoup pour des jeunes parents à l’emploi du temps chargé). Je ne suis pas favorable au caractère obligatoire de ces rencontres. A mon sens, il faut surtout informer les parents de ce qui existe et répondre à leur demande. Un travail est actuellement fait pour labelliser les maternités à l’écoute des familles en formant notamment leur personnel à la bienveillance. C’est une bonne nouvelle mais il faudrait que l’effort se poursuive en aval. Il serait interessant de créer des lieux d’accueil gratuits dédiés au post partum accueillant principalement les parents et non pas centrés uniquement sur les enfants (à la différence des PMI) avec un personnel spécialisé en post natalité. Il existe déjà des espaces conviviaux au sein desquels les parents peuvent venir spontanément parler autours d’un goûter mais ils sont peu connus. Je pense par exemple aux associations de type les pâtes au beurre, aux cafés éducatifs, aux café des parents (école des parents). J’ai surtout découvert les LAEP à l’arrivée de ma deuxième fille : lieux d’écoute parent enfant. Les accueillants sont des psychologues ou des travailleurs sociaux. Les parents se rencontrent et parlent aux professionnels autour d’un thé pendant que les enfants jouent. Il faut se renseigner auprès de la mairie de sa ville pour savoir quand et où ils ont lieu. Lorsque j’y suis allée pour la première fois, une maman pleurait à chaudes larmes : elle rencontrait des difficultés avec son allaitement. Je pense qu’elle a pu trouver le soutien dont elle avait besoin à cet instant. Il est question de developper ce type de structures, ce serait vraiment une bonne initiative. Il serait également interessant de donner un statut légal et une formation diplomante aux Doulas.
  • Boris Cyrulnik évoque la nécessité de privilégier le congé parental pendant la première année de vie. De nombreux professionnels s’accordent sur le fait que durant cette période la collectivité n’est pas un contexte idéal pour l’enfant car il a besoin d’une relation d’exclusivité avec l’adulte. Selon le Docteur Cohen-Solal ,pédiatre et auteur de comprendre et soigner son enfant l’enfant n’est pas plus sociable s’il fréquente précocement d’autres enfants que s’il ne les rencontre qu’à l’âge de 3 ou 4 ans. Jusqu’à 2 ans, 2 ans 1/2 les petits jouent côte à côte , il ne s’amusent pas vraiment ensemble. A partir de 2 ans 1/2, 3 ans , il parviennent à se réunir autour du même jeu. C’est à ce moment la que la présence de copains du même âge est très importante. Selon lui la collectivité avant 18 mois n’est pas impérativement, elle présente de l’intérêt à partir de l’école maternelle. C’est ensuite que les relations avec les congéneres deviennent importantes. Il est question dans un rapport de l’IGAS (inspection générale des affaires sociales) rendu le 25 septembre 2019, de favoriser le congé parental en le raccourcissant à 8 mois (au lieu de 3 ans possible avec une très faible rémunération), mais en le rémunérant mieux.(Il faut dire qu’on part de très bas 390Euros par mois). Si la rémunération change de manière significative, le congé parental sera mieux considéré et pourra être enfin investi par les hommes. Ce serait donc un progrès. La mission estime cependant que cette réforme n’est possible que si elle est accompagnée : d’une adaptation de l’offre de solutions d’accueil des jeunes enfants et de négociations interprofessionnelles sur la prise en compte du temps parental en milieu de travail. Mais quid des parents qui souhaitent s’occuper eux même de leur enfant durant leurs premières années de vie ? D’ailleurs 8 mois me semble un peu juste pour les familles nombreuses car il faut avoir en tête que le congé parental profite aussi aux ainés. Je suis consciente que mieux rémunérer le congé parental jusqu’aux trois ans couterait cher à la société. C’est en fait la question de la reconnaissance du travail invisible qui se pose. Je vous en parlerai prochainement en vous présentant un livre qui traite de ce sujet.
  • La questions épineuse des modes de garde sera traitée par la commission : si les structures sont desorgées pour la première année, le problème reste entier pour la suite. Les professionnels de la petite enfance se sont mis en grève cette année parce que des reformes envisageaient moins de personnel qualifié ainsi qu’une baisse du nombre d’encadrants par enfant et moins d’espace par enfant. Quid des conditions d’encadrement? Quid des parents qui n’ont pas de solutions et qui n’auront plus la possibilité de demander de congé parental même mal payé mais au moins existant? Quid aussi des femmes aux petits salaires qui devront plus vite retourner travailler et dont la paye sera engloutie par les frais de garde? Quid des personnes qui travaillent en horaires décalées?
  • La prise en compte du temps parental en milieu de travail? Est ce que si le congé parental est raccourci à 8 mois, la possibilité de prendre un temps partiel (avec prise en compte des trimestres de retraite et aide de la CAF) de droit jusqu’au 3 ans sera remise en question? Je trouvais déjà injuste qu’il ne soit plus de droit après les 3 ans… En effet, plus la famille s’agrandie, plus la charge est lourde entre maison et travail. Il y a de quoi se sentir dépassé, fatigué, entre la gestions des petits, les devoirs des plus grands, les activités extra scolaires, les courses, le ménage … D’autre part, la question du mercredi reste entière car si les enfants passent la journée au centre de loisirs ils n’ont pas de réelle coupure et engager une nounou a un impact financier. Ne parlons pas de la question du temps pour soi ! Alors de nombreuses femmes maintiennent leur temps partiel (pour info, les hommes gagnaient en moyenne 35% de plus que les femmes en 2017), au détriment de leur carrières et de leurs retraites. C’est encore la question du travail invisible qui se pose! Des aménagements de travail ont le vent en poupe comme : le télé-travail, la création de crèches sur les lieux de travail, la possibilité d’emmener son enfant au boulot. Ce sont certes des coups de pouce qu’il faut developper mais est-ce suffisant? Selon les études,  une maman qui travaille à temps plein est en effet 18% plus stressée que les autres personnes et  40% plus stressée si elle élève 2 enfants. Une étude réalisée par le professeur Tarani Chandola de l’université de Manchester, et des docteurs de l’Institut de recherche sociale et économique de l’Essex, a examiné pour les besoins d’une grande enquête les données biologiques 6 025 participants britanniques.Elle a mis en évidence le stress chronique causé par le travail : ni les horaires flexibles, ni le travail à domicile ne réduiraient le niveau de stress. Selon cette étude, travailler moins serait la véritable solution pour sortir de cet engrenage. A l’heure ou la question de l’augmentation du temps de travail fait débat, il n’est pas bien vue de prétendre qu’il serait bon de travailler moins et pourtant ne serait ce pas ce dont nous avons besoin nous les familles?

Mes idées cadeaux pour la fête des Mamans

Le cadeau touchant : Gros gros coup de cœur pour ce livre “Maman” d’Hélène Delforge et Quentin Gréban. Un ouvrage qui s’adresse aussi bien aux mamans qu’à leurs enfants. Les textes sont beaux, émouvants, ils font échos. Les illustrations sont magnifiques. Faustine a beaucoup aimé.  

Le cadeau cocotte : Mes amis m’ont offert ce pendentif avec les initiales de mes filles de chez émoi émoi, je l’aime bcp. C’est aussi une bonne idée pour un cadeau de naissance. Le concept du dessin gravé est également sympa. Sur la deuxième photo, je vous montre le résultat de celui que j’ai fait réaliser via happybulle à partir d’une œuvre de Faustine. J’adore ce dessin qu’elle a fait de sa sœur et moi. C’est un cadeau que je me suis fais à moi même 😂. Depuis ma fille veut le même, ça commence les cocotteries😊! Je pense que je lui offrirai pour son anniversaire et à sa sœur aussi!

Le cadeau move your body : un album qui parle et plait aux dames! Il tourne en boucle à la maison!

Le cadeau classique (un peu cucu quand-même) mais sympa : la box maman ! J’aime bien la BestMama proposée que propose le site l’avantgardiste. Elle plaira aux fans de mignonneries et de babioles (nous sommes nombreuses au désespoir de notre cher et tendre!) !

https://www.lavantgardiste.com/cadeau-original-femme/5576-coffret-best-mama.html

Le cadeau écolo : la carte à planter ! J’aime beaucoup l’idée.
« Une fois le message lu, vos proches n’auront plus qu’à planter la carte et voir pousser une surprise qui leur rappellera pendant longtemps le doux message que vous leur avez écrit. »

https://www.natureetdecouvertes.com/livres-loisirs/papeterie/cartes-postales/carte-a-planter-bonne-fete-maman-14128890

Le cadeau romantique : je valide l’abonnement Bouquet de fleurs de chez Mr Marguerite !

Le cadeau gourmand : le calendrier « 12 jours pour dire je t’aime »

https://www.natureetdecouvertes.com/thes-epicerie/thes/coffrets-the/calendrier-12-jours-pour-dire-je-t-aime-61168090

Le cadeau Do it yourself : totalement gratuit ! le kit mylittlekids à imprimer et à personnaliser !

https://www.mylittlekids.fr/uploads/images_articles/files/Fete-des-mamans-MyLittleKids%282%29.pdf

Le cadeau partage : Pour moi la fête des mères, c’est avant tout fêter une relation. J’aime l’idée de choisir un cadeau qui nous permettra de passer un moment ensemble. Il peut s’agir d’un jeu, d’une sortie ou d’un bouquin.

Côté baby, ce livre « Regarde Maman » est une valeur sûre. Ariane peut se poser jusqu’à la fin de l’histoire alors que ce n’est pas son habitude😅, sûrement parce qu’il fait écho à son quotidien ou peut être qu’elle kiffe juste les pandas😂😊

Pour les plus grands, j’aime bien ce livre « Avec toi maman » de Sandrine Beau et Marie Leghima, il relate les petits bonheurs partagés par un petit garçon et sa mère. Les illustrations sont jolies. C’est surtout un bon support pour parler avec votre enfant des moments précieux du quotidien que vous partagez.

Mais voilà surtout ce qui ferait plaisir aux gentilles mamans :

un debrief Puériculture et produits bébé

IMG_6285

Je m’attaque à un sujet abordé maintes et maintes fois! Voici donc un avis de plus qui pourra peut-être servir à certains parents fraichement débarqués sur le marché de la puériculture. Je ne prétends bien sur pas détenir la vérité sur ce sujet car un produit pourra nous convenir et pas à une autre famille.

  • Siège auto : L’étiquette doit comporter plusieurs mentions  » Universel  » et le label E encerclé (conforme aux règles européennes)
  • Coussin d’allaitement : je valide celui de la marque des Babilleuses, il est un peu cher mais c’est un bon investissement. Il est très pratique pour se caler le bidon pour dormir à partir du 2ème trimestre de grossesse.
  • Transat : Je pense qu’il n’est pas nécessaire  de trop investir car le bébé ne doit pas y rester trop de temps pour travailler sa motricité le plus librement possible et réduire les risques de plagiocéphalie.  Mes copines recommandent le baby bjorn.
  • lit parapluie :  Après avoir mis 1heures à 3 à ouvrir l’ancien lit de ma fille, la scène étant digne d’un sketch de Florence Foresti, j’ai succombé  à l’argument du « se plie et se déplie en quelques secondes de l’AeroMoov (mes copines en sont ravies, le Babybjorn aussi). Mon mari, par contre, le trouve trop encombrant et cher. Je précise que c’est lui qui range le coffre de la voiture quand nous partons en vacances!
  • Poussette :  vaste sujet ! Je ne suis pas fan des poussettes combinées qui sont souvent imposantes. Mes parents nous en avait offert une et nous ne nous ne l’avons plus utilisée à partir des 6 mois de nos filles. Beaucoup d’amis confirment qu’ils ont vécu la même situation. J’utilise un porte bébé les 6 premiers mois et après j’enchaine avec la poussette canne.  La Yoyo et  la bugaboo sont achetées en masse mais  nécessitent un investissement considérable. Certaines copines trouvent que la Yoyo n’est pas très stable, bref  c’est une poussette urbaine. De mon point de vue, la Maclaren est une référence. Ses point forts :  très solide, elle survit à plusieurs enfant. Elle existe en version inclinable, avec la nacelle en premier âge. Ses points faibles : tout le monde à la même,  du coup il m’est arrivé à deux reprises de prendre celle de quelqu’un d’autre…OUPS! Sinon, je la trouve un peu lourde, alors  j’acheté aussi  la Pock it.   Ses points forts : son prix, elle est  super compacte, je ne maudis plus ceux qui font semblant de ne pas me voir me galèrer dans le métro, mon mari l’adore (ouf!).  Son point faible : elle ne semble pas très robuste donc à voir dans la durée. Concernant les gadgets à poussette : j’ai fait l’acquisition d’un superbe parapluie à poussette. Je n’en pouvais plus d’être trempée à chaque sortie pluvieuse, n’ayant toujours pas trouvé la recette pour pousser la poussette, tenir le parapluie en même temps et surveiller ma fille ainée. En conclusion, je valide cet achat qui me dépanne bien par contre c’est cher pour ce que c’est. Quant à la planche à poussette (buggyboard) pour l’ainée , certains parents ne peuvent pas vivre sans et d’autres n’en voient pas l’utilité. Certaines amies ont été jusqu’à dire que cet objet leur avait sauvé la vie. J’avoue que quand tout à coup notre adorable bambin décide catégoriquement qu’il ne fera pas un pas de plus, on est bien content d’avoir une alternative. Je pense qu’elle est pratique quand il y a un petit écart d’âge entre les enfants(2 ans). Comme me l’avait suggéré une copine c’est vrai que pour les plus grand on peut vite passer à la trottinette.
  • Porte bébé : pour  les 6 premiers mois, j’utilise un porte bébé (ergobaby avec le couffin).  De nombreuses mamans sont adeptes de l’écharpe . Je vous conseille de faire un atelier de portage avec le papa pour mieux vous rendre compte du système de portage qui vous convient. Je valide l’ErgoBaby sauf l’été pour les balades par temps chaud car…on crève de chaud !
  • Tapis d’éveil : je pense qu’il n’est pas nécessaire d’investir dans un tapis hors de prix car le bébé va vite vadrouiller, son usage est donc limité. Après il faut le ranger et les arches sont encombrantes!
  • J’ai une chaise haute Ikea qui fait très bien son Job 
  • Je n’ai pas acheté de baby cook mais certaines ne peuvent pas s’en passer, j’utilise un brave mixeur !
  • Tire lait : Mes copines conseillent le calypso de la marque ardo loué, en location sur grandir nature. Personnellement  j’ai préféré le tire lait manuel de base.
  • En ce qui concerne les couches, avant de devenir maman je ne savais pas qu’il était possible que ce sujet déchaine toute les passions et pourtant !  je m’intéresse régulièrement aux  enquêtes d’associations de consommateurs. Le problème étant que les compositions varient :une marque bien classée une année peut devenir mauvaise élève l’année suivante…c’est le Dallas des couches, un univers impitoyable 🙂  Actuellement les Joone sont bien notées. Sinon, avant je n’étais pas emballées les couches lavables …Mais je serais presque tentée de m’y mettre… Sachez qu’il existe des services de laverie : un service de livraison de couches lavables , unissant un circuit eco-reponsable existe en Ile de France. https:/www.mapetitecouche.fr
  • Pour choisir le lait et les pots vous pouvez utiliser l’application YUKA où acheter le livre « le bon choix au supermarché » (cf rubrique santé du blog). Les bons élèves : Babybio, good gout et hipp, Galia Callisma (sauf formule épaisse), Guigoz, Nestlé Nidal (sauf lait de croissance)
  • Pour les produits de toilette , les bons élèves : l’eau nettoyante pédiatrie d’Avene, la toilette douceur Biolane, le bain moussant Maya, pour le change Corinne de Farme Crème change peau sensible. De manière générale, le liniment est recommandé pour le change et les lingettes sont à proscrire.
  • En matière de lessive : je prends une lessive avec Ecolabel. Les bons élèves : Rainett, Ecoidées, Etamine, Arcyvert
  • Les déceptions : Beaucoup d’amis ne rachèteraient pas : le cocoon baby (et non les bébés ne s’arrêtent pas miraculeusement de pleurer parce que le cocoon leur rappelle l’utérus de maman), des machines à biberon, les fameuses poubelles à caca, le chauffe biberon.  A mon sens la cape à bain n’est pas non plus très utile. J’ai aussi acheté un truc qui ne m’a servi à rien , le seau ce rinçage pour éviter l’eau dans les yeux. J’ai beau le retourner dans tous les sens rien n’y fait (blonde?!)
  • J’ai remarqué que je n’avais pas utilisé certains incontournables pour ma 2ème fille alors qu’ils me semblaient indispensables avant : le baby phone, l’anneau de bain, les barrières de sécurité… pourquoi ? parce que j’ai plus confiance en moi? Peut-être que je suis plus à l’arrache ! Par contre je me suis laissée séduire par des articles vus à des émissions TV qui me semblaient à chaque fois les inventions du siècle (couverture double usage poussette/porte BB, rehausseur de voyage…), verdict : ils ont plutôt vidé mon porte monnaie que simplifié ma vie…à bons entendeurs…

Et vous quels sont vos indispensables et vos produits blacklistés? Je sais que de plus en plus de personnes fabriquent leur lessive et leur liniment…peut-être qu’un jour je me motiverais mais la j’ai un peu la flemme !

Le top 10 des activités à faire pendant le congé maternité/ parental

IMG_0010

En discutant avec des futures mamans et des jeunes mamans, je me suis rendue compte que le congé maternité pouvait susciter de l’inquiétude. Lorsque l’on vit à 100 à l’heure, que l’on est investie dans son travail à 100%,  on peut avoir peur du changement de rythme. Je suis actuellement en  congé parental et pas  question de passer mon temps à faire le ménage, le repassage et à rester enfermer dans mon appart! Alors pour une question de survie mentale j’ai réfléchi  à comment mettre ce temps à profit. Je vous livre mes conclusions :

-Prendre soin de soi : Yoga, Pilates, méditation, sophrologie. Vous trouverez facilement des bouquins avec des CD audio ou des vidéos pour vous guider. Si comme moi vous avez souffert de sciatique pendant la grossesse, si comme moi vous avez le dos en compote à force de porter bébé, prenez ce temps pour vous!   J’en ai retiré de gros bénéfices aussi bien sur le plan physique que psychique !!! Je suis même devenue carrément Addict ! Réserver vous une plage horaire journalière et aménagez vous un petit coin cosy!

-Aller manger avec des amis  sur le temps de leur pause déjeuner.  Retrouvez-vous à mi-chemin.  Grace à cette idée je découvre de nouveaux endroits qui deviennent des incontournables! Le petit rendez-vous du jardin des Tuileries avec Fabien me fait vraiment plaisir ! Les amis sont contents de vous voir sur ce temps du midi, ça les change des collègues qui parlent boulot! Parfois quand on est parents c’est compliqué de dégager du temps le soir ou le week-end, alors pensez-y! Et puis quand le dej se termine, vos amis retournent au boulot et pas vous! Alors continuez la balade !

-Faire un album photo, des photos vous en avez à la pelle?  Et bien c’est le moment de les trier  et de les  retoucher . Vous allez retrouver des pépites, j’en suis certaine! Vous serez émue de voir comme le temps passe vite. Avoir un bébé c’est aussi le moment de faire le bilan,vous avez accompli tant de choses!  L’album c’est  également une bonne idée de cadeau. J’en ai confectionné un pour mes copines en  souvenir de nos années folles. J’en ai aussi fait un pour ma famille. Dans la foulée, en mode mono maniaque de l’album, j’en ai offert à mon Mari. Celui là retrace notre histoire, de notre rencontre à la naissance du bébé. De nombreuses anecdotes me sont revenues en tête et j’ai tout mis sur papier. L’idée du carnet de naissance pour votre bébé est aussi très sympa et lui fera un joli souvenir d’enfance.

-Congeler des bons petits plats, pour celles qui aiment cuisiner c’est le bon plan!  Avant la naissance on se fait un petit stock et on est bien content de ne pas manger du picard tous les jours une fois que le bébé a pointé le bout de son nez!

-Rencontrer d’autres mamans , c’est un moment unique pour faire de nouvelles rencontres. Plusieurs manières d’y parvenir s’offrent à vous,  notamment via les réseaux sociaux. Je n’étais pas fan des rencontres via internet mais j’ai changé d’avis! Je vous raconterai mon expérience personnelle dans un autre article car voilà un sujet qui me donne vraiment envie de partager.

-Ecrire un blog , vous aurez peut-être vous aussi envie de partager sur votre vie de mamans alors saisissez  le moment!  Vous pouvez créer le blog qui vous ressemble, le rendre public ou le garder secret. Vous en retirerez  forcement un bénéfice! A  la naissance de ma première fille, j’avais besoin de conseils. J’ai donc crée un groupe de Mamans sur facebook. Au début j’y avais invité quelques copines mamans. Puis de fil en aiguille mes copines ont invité leurs copines. Aujourd’hui 5 ans plus tard nous formons une belle communauté de mamans. J’y ai trouvé beaucoup d’entraide et de richesse dans les échanges.  C’est à l’occasion de la naissance de ma seconde fille que j’ai choisi d’écrire un blog public.

-Découvrir des lieux d’éveil pour les bébés, ludothèque, LAEP, bébés nageurs , médiathèque…Renseignez vous auprès vos mairies de quartier, de nombreuses activités gratuites sont proposées à destination des tous petits. Vous passerez un bon moment avec votre bébé lors des ateliers d’éveil et vous rencontrerez  d’autres parents !

-Faire de la couture, vous pouvez vous même confectionner des jolies petites choses pour bébé.  Plusieurs copines s’y sont mises et le résultat est top!

-S’investir dans la vie quartier, si vous avez un enfant à l’école vous pouvez devenir parent d’élève, vous inscrire sur les sites de rencontres de voisins, prendre le temps de parler aux voisins que vous croisez,  se renseigner des centres sociaux et des associations du coin, organiser la fête des voisins…

-Dormir, Autorisez vous à vous reposer pendant la journée en fin de grossesse ou pendant que bébé dort. Le ménage et les courses attendront ! Votre famille a besoin d’une maman en forme!

PS : ne culpabilisez pas de prendre du temps pour vous, une femme heureuse sera une maman épanouie !

PS2 : c’est aussi le moment de faire des recherches sur une réorientation professionnelle si vous sentez le besoin d’un changement de vie.

 

La sage femme en libéral , une aide précieuse avant et après la grossesse.

IMG_0745

J’ai eu des difficultés à savoir vers qui m’orienter durant ma première grossesse                Première déconvenue, ma gyneco overbookée ne faisait pas les suivis grossesse. Je me suis donc fait rapidement suivre à la maternité mais j’étais un peu perturbée de voir à chaque fois une sage femme différente. Les rendez-vous étaient à la chaine  et je ressentais une certaine frustration de ne pas pouvoir m’exprimer sur mon vécu de grossesse. L’idée n’est pas de critiquer le personnel de l’hôpital qui fait de son mieux mais qui travaille dans des conditions difficiles (sous effectif…). Personne ne m’avait non plus expliqué quel était le rôle de la sage femme. Je vais donc vous en dire un peu plus.

Le rôle de la sage femme pendant la grossesse : 

La sage femme nous examine durant les  visites obligatoires avant l’accouchement.         C’est aussi souvent une sage femme qui nous accouche. Enfin, elle assure le suivi post grossesse.  Je ne savais pas non plus en quoi consistait ce fameux suivi. Alors Je vais tout vous dire !

 Le rôle de la sage femme après l’accouchement :

Tout d’abord il faut savoir que dans de nombreuses maternités les séjours sont courts (environ 2 nuits). Les hôpitaux organisent  un suivi à la maison par une sage femme qui vient vérifier que maman se remet bien de l’accouchement et que tout roule aussi pour bébé.  La sage femme fait un petit prélèvement au bébé qu’elle envoie au labo pour vérifier qu’il n’est pas atteint de maladie. Alors je lui dis adieu à ma copine sage femme après la visite post accouchement? Ben non, parce que deux mois plus tard c’est partie pour la rééducation du périnée (vous pouvez aussi choisir un Kiné). Encore une fois je n’étais au courant de rien ! donc petit retour sur la rééducation du périnée!

La rééducation du périnée

La réeducation du perinée vous est prescrite par la maternité si besoin, il s’agit souvent de 10 séances remboursées par la sécu. Vous devez vous renseigner sur les méthodes utilisées soit le biofeedback soit la méthode manuelle, parfois les deux. Personnellement après avoir testé les deux, je préfère la manuelle (qui l’aurait cru!) Eh oui je n’aime pas trop faire des jeux vidéos en contractant mon périnée ! Autant vous dire que vous devez vous sentir à l’aise avec votre sage femme car vous allez la voir souvent! Elle entrera vraiment dans votre intimité la plus profonde. C’est aussi à elle que vous allez parler de vos premiers moments de vie avec bébé, et des questionnements vous en aurez des tonnes  (allaitement, développement du bébé…).  Avec son réseau la sage femme  peut vous orienter vers des professionnels compétents (ostéopathes , acupuncteur…) . Voilà qui rassure la jeune maman en quête d’informations!

Mon expérience : 

Donc durant ma première grossesse j’avais vu un nombre incalculable de sage femmes! Ne voulant pas revivre cette situation, je m’y suis pris autrement pour ma deuxième grossesse. J’ai rencontré ma sage femme avant mon accouchement. Sachez que vous pouvez effectuer les séances de préparation à l’accouchement avec une sage femme en libéral (prise en charge par la sécu). J’ai fait des séances de préparation classique en collectif à l’hôpital, je trouve ça bien pour s’approprier les lieux, c’est quand même l’endroit où l’on accouche ! J’ai aussi bien aimé y rencontrer d’autres futures mamans! Puis dans un  second temps ,j’ai fait des séances en individuel avec une sage femme en libéral que j’ai choisie. J’ai trouvé ses coordonnées sur le site de l’ordre des sages femmes. Je trouvais  intéressant de pouvoir échanger avec elle en individuel sur des sujets dont je n’avais pas forcement envie de parler devant d’autres mamans. Ensuite, J’ai gardé cette sage femme en suivi post accouchement. Lorsque l’hôpital a organisé mon retour à domicile, j’ai indiqué que j’avais déjà une sage femme. C’est donc celle qui est venue chez moi et non une totale inconnue! C’est aussi elle qui m’a suivie pour les séances de rééducation.

Sachez que les sages femmes n’interviennent pas uniquement au moment des grossesses, elles peuvent assurer les suivis gynécologiques classiques (frottis…). Donc si vous vous sentez bien avec votre sage femme, songez à cette possibilité.

N’hésitez pas à en rencontrer plusieurs  avant de faire votre choix et renseignez vous sur les tarifs car certaines  pratiquent des dépassements d’honoraires.